Sophie Parmentier

Jour 4, au procès des attentats du #13Novembre.
En cette 2e semaine d'audience, plusieurs enquêteurs français et une juge belge vont défiler à la barre pour décrire les scènes de crimes, et l'enquête #13Novembre2015
Aujourd'hui LT @franceinter sur ce compte et @ChPiret à la 📻

A (re)lire ici le compte-rendu web @franceinter du jour 3 par @ChPiret et avec les jolis dessins de Valentin Pasquier @ValPSQR.
https://t.co/hOTFpBHOPP

@franceinter @ChPiret @ValPSQR L'audience doit reprendre dans un instant, devant la cour d'assises spécialement composée et présidée par Jean-Louis Périès. Tous les accusés sont arrivés dans le box. 20 jugés, 14 présents, 3 sous contrôle judiciaire. Salah #Abdeslam discute avec ses avocats.

@franceinter @ChPiret @ValPSQR Salah #Abdeslam, sur qui tous les regards étaient braqués aux trois premiers jours de procès #13Novembre, a toujours la même barbe épaisse qui dépasse du masque. Masque clair aujourd'hui, pour la première fois à l'audience, tee-shirt blanc et gilet noir.

@franceinter @ChPiret @ValPSQR Au premier jour de son procès, et vendredi, l'accusé #Abdeslam qui a revendiqué être devenu un "combattant de l'Etat islamique" était tout de noir vêtu, masque noir, couleur de #EI

@franceinter @ChPiret @ValPSQR L'audience est reprise. Jour 4. Procès #13Novembre.

@franceinter @ChPiret @ValPSQR L'audience reprend où elle s'est arrêtée vendredi soir, peu avant minuit. La lecture des faits avait été si longue que les avocats de la défense avaient demandé une interruption, acceptée à contrecoeur. L'audience reprend avec les charges pesant sur les 20 accusés.
#13Novembre

@franceinter @ChPiret @ValPSQR C'est l'une des deux magistrates, premières assesseures, qui lit les charges en ce moment. Une magistrate ultra-rodée aux assises, longue carrière derrière elle, très coquette. Elle énumère les charges criminelles "en bande organisée à l'encontre de Salah #Abdeslam "
#13Novembre

@franceinter @ChPiret @ValPSQR "Salah #Abdeslam étant lui-même muni d'une ceinture d'explosifs", rappelle-t-elle. Et parmi les charges criminelles, "tentatives de meurtres en bande organisée contre la #BRI" qui a fait face à trois kamikazes en lien avec Abdeslam, dit-elle.
#13Novembre

@franceinter @ChPiret @ValPSQR La magistrate parle des "caches" dans lesquelles des explosifs avaient été entreposés. Et elle parle du projet #Schiphol, aéroport d'Amsterdam qui devait être une cible comme #Paris #13Novembre2015

@franceinter @ChPiret @ValPSQR La magistrate détaille "la cellule terroriste structurée" entre la #Syrie et la #Belgique pour frapper #Paris
#13Novembre2015

@franceinter @ChPiret @ValPSQR La magistrate parle de la Clio louée par Salah #Abdeslam. Celle qui lui a servi à déposer les 3 terroristes du Stade de France le #13Novembre et qu'il a garée dans le 18e arrondissement de Paris, où le lendemain, #EI a revendiqué un attentat qui n'a pas eu lieu. Un des mystères.

Une 2e magistrate assesseure prend le relais de la 1ère pour poursuivre l'énoncé des charges contre les 20 accusés de ce procès #13Novembre.
La simple lecture des faits et charges a déjà duré près de 8 heures vendredi, déjà une heure aujourd'hui.
A ce procès, tout est démesuré.

Dans leur grand box de verre, les 11 accusés jugés détenus écoutent en silence, tout comme les 3 accusés jugés sous contrôle judiciaire et assis sur un strapontin, juste derrière leurs avocats. Beaucoup d'accusés ont les bras croisés, d'autres sont têtes baissées.
#13Novembre

Le lecture du rapport avec les charges qui pèsent sur les 20 accusés est maintenant terminé.
Cette lecture des faits et des charges aura duré au total près de dix heures, vendredi, et aujourd'hui.
#13Novembre

La cour est en train de discuter la question du tour de parole pour les questions posées aux accusés. Les trois magistrats du parquet national antiterroriste commenceraient. Ce qui n'est pas l'usage traditionnel. L'usage : d'abord la parole aux parties civiles.
#13Novembre

Un des 3 avocats généraux souligne qu'avec plus de 300 avocats de parties civiles, voulant poser des questions à 14 accusés, 15 experts, 131 témoins, "il est permis de douter que cet usage soit envisageable dans un tel procès" #13Novembre
Inversion des tours de parole préférée.

Dans cette inversion, la parole serait d'abord donnée à l'accusation -portée par trois avocats généraux du PNAT-, puis aux avocats de la défense, puis aux avocats de la défense puis aux avocats des parties civiles.
Ordre inédit.
#13Novembre

Me Nogueras, avocat de la défense:"On va entendre longuement les parties civiles, c’est essentiel. Mais il ne faut pas oublier que c’est un procès qui oppose l’accusation à la défense".
La défense tient à répondre à l'accusation sans des dizaines d'avocats PC entre.
#13Novembre

Sur les bancs de la défense, une autre avocate se lève et s'inquiète de tenter "quelque chose de nouveau que nous ne maîtrisons pas".
#13Novembre

Lors du procès des attentats de #Janvier2015, les questions posées par des dizaines d'avocats de parties civiles avant les deux avocats généraux aux 11 accusés présents, avaient largement fait débat. D'où l'idée de cette inversion de tour de parole pour le procès #13Novembre

Au procès des #AttentatsJanvier2015, un certain nombre d'avocats de parties civiles surtout, toujours les mêmes, avaient multiplié les questions qui avaient gêné l'accusation et la défense.

Me Morice, avocat de parties civiles #13Novembre : "Il va de soi que si des avocats de la défense veulent prendre la parole juste après les avocats généraux, il y a une logique à ce que nous revenions aux usages" dans le tour de parole.

Me Morice : "On peut avoir une certaine rigueur à poser ces questions et ne pas les multiplier. Nous sommes en mesure de nous organiser. C'est inutile de poser des questions qui ont déjà été posées" martèle l'avocat à la longue carrière
#13Novembre

Me Olivia Ronen, avocate de Salah #Abdeslam : "Il faut privilégier l’usage, faire confiance à nos confrères de parties civiles et à votre pouvoir de police, monsieur le président. C'est le plus raisonnable".
#13Novembre

Le président de la cour, Jean-Louis Périès : "On a parlé de normes, j’ai été le premier à en parler". Le président précise qu'il a la police de l'audience, et qu'il y a une "règle sacrée : la défense a la parole en dernier".
#13Novembre

Le président martèle qu'il veut "efficacité, maîtrise des débats, ça me semble plus important"
#13Novembre et il suspend l'audience quelques minutes avant l'arrivée de l'enquêteur antiterroriste

L'audience reprend. La cour doit entendre un enquêteur antiterroriste. Le président précise qu'il n'y a pas de projection de vidéos et photos aujourd'hui, mais plus tard cette semaine.
#13Novembre

Le président prévient qu'à partir de jeudi 16 septembre, la cour visionnera des photos et vidéos, avec les constatations des scènes de crimes au Stade de France.
#13Novembre

Le vendredi 17 septembre, il y aura photos, vidéos et "peut-être même une partie sonore dans la salle du #Bataclan", prévient le président de la cour. Le massacre a été enregistré. Il y a une bande-son versée à l'enquête.
#13Novembre

Le président de la cour prévient qu'il le redira, avant visionnage et écoute, notamment pour les personnes qui suivent le procès via la webradio
#13Novembre

Un enquêteur antiterroriste arrive à la barre, un policier de la SDAT, la sous-direction antiterroriste qui commence par rappeler la menace qui pesait sur la France avant le #13Novembre 2015

Il énumère les #attentats #EI #janvier2015 #Ghlam #Thalys entre autres.
Procès #13Novembre

L'enquêteur antiterroriste dépose à la barre sans donner son nom. Mais il a retiré son masque. Parle devant les accusés qui l'écoutent dans le box
#13Novembre2015

L'enquêteur antiterroriste SDAT : "Au matin du #13Novembre, nous sommes en train de rechercher les complices des Kouachi et Coulibaly (terroristes de #Janvier2015), de Ghlam et savoir comment Ayoub El- Khazzani s’est procuré ses armes pour entrer dans le #Thalys

L'enquêteur SDAT parle et Salah #Abdeslam se met à crier dans son box. On n'entend pas ce qu'il crie. Le président lui laisse le micro coupé. Le président : "Monsieur Abdeslam, vous vous taisez sinon, je vous fais sortir du box"
#13Novembre

Salah #Abdeslam se calme aussitôt. En tout cas, il cesse de crier. Il est désormais assis, mains croisées sur ses genoux, tandis que l'enquêteur antiterroriste poursuit sa déposition à la barre.
#13Novembre

L'enquêteur antiterroriste parle "d'attaques inédites et
sophistiquées" le #13Novembre 2015. Avec des terroristes "projetés de #Syrie", "avec une base arrière en Belgique". Terroristes"passés à l’acte "en 37 minutes".

L'enquêteur antiterroriste évoque les "constatations sans précédent sur huit scènes de crimes".
#Attentats #13Novembre

"Au début de ces constatations, nous sommes dans un schéma de course contre la montre, avec un risque de sur-attentat" dit l'enquêteur antiterroriste à la barre.
#13Novembre

Première constatation au Stade de France, porte D, là où le premier terroriste s'est fait exploser : "corps fragmenté en dix morceaux" et autour, "des boulons, du scotch et sous le pied de ce kamikaze un passeport syrien" dit l'enquêteur SDAT
#13Novembre

L'enquêteur poursuit avec le deuxième terroriste qui s'est fait exploser au Stade de France : "deuxième corps disloqué, des cordelettes et piles électriques et quatre fragments issus passeport syrien"
#13Novembre

Pour le 3e terroriste du Stade de France : "démembré
en six morceaux, de la colle, des piles et du scotch" lors des constatations dit l'enquêteur SDAT
#13Novembre

L'enquêteur parle de l'équipe des 3 terroristes à bord de la Seat qui ont tiré sur les terrasses des 10e et 11 arrondissements de Paris.
Il note qu'ils ont fait feu, parfois en rafales, "de manière calme et détachée"
#13Novembre

L'enquêteur rappelle qu'un terroriste portait des baskets oranges : Abaaoud, le coordonnateur. "Il a crié Allah Akbar en tirant" sur les terrasses, précise l'enquêteur
#13Novembre

L'enquêteur décrit ensuite la scène de crime au #Bataclan, où les constatations ont commencé à 5 heures du matin. "Spectacle de désolation, des gens avaient agonisé", dit-il.
#13Novembre

L'enquêteur SDAT précise que "250 étuis de cartouches 7.62" ont été découverts, 15 chargeurs de kalachnikov, au #Bataclan
#13Novembre

L'enquêteur SDAT rappelle la fouille du véhicule stationné devant le #Bataclan à 2h du matin, la Polo louée par les terroristes.
#13Novembre

Puis découverte dans une poubelle d'un téléphone avec ce SMS de 21h42 : "on est parti, on commence". Message des kamikazes du #Bataclan, avant leur entrée dans la salle de spectacle à 21h47 le #13Novembre2015. Ce sms permettra aux enquêteurs de remonter jusqu'à la Belgique.

L'enquêteur évoque la revendication #EI le 14 novembre 2015, au lendemain des attentats du #13Novembre.
Revendication lue/psalmodiée par les frères Fabien et Jean-Michel Clain, vétérans du #djihad de la filière d'Artigat dans le sud-ouest de la France.

L'enquêteur SDAT note les "incohérences" sur lesquelles la police antiterroriste s'est appuyée : la revendication #ET du 14 novembre 2015 évoquait 8 kamikazes et une cible frappée dans le 18e arrondissement, entre autres. "Or, il y a sept corps de terroristes"
#13Novembre

Erratum #coquille : revendication #EI et non #ET !

L'enquêteur parle de la traque de Salah #Abdeslam, qui a quitté Paris puis Montrouge pour la Belgique le 14 novembre 2015.
"Nous sommes inquiets de savoir s'il ne va pas repasser à l'acte"
#13Novembre

Mon Sep 13 15:00:49 +0000 2021